Cet air d’Autrefois

Me revient un murmure

D’une nuit pâle et obscure

Où rien ne bouge sous ton armure.

Me reviens des ombres, des figures

Un oiseau de mauvais augure

Qui me susurre autant que je l’ censure

Un presque rien qui s’évapore

Un certain, une ombre, un corps

Qui se dessine ça et là, à tort.

À bras le corps, je mords, t’en sors,

A dire vrai, c’était mon or, mon Trésor.

A bras le corps, déments, démence encore.

Je t’ai aimé à mes dépends,

Toi, illusion d’antan,

Je t’ai chair ri à contre temps.

Un soupir, un sourire, j’inspire

L’air d’autrefois s’en va mourir

Et me laisse, enfin, devenir.

Sun, Moon ans Stars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :